Nébulosités

Triste flâneur d’une vie aride et sans horizon, tu respires à l’étroit dans une carcasse trop lourde pour toi. Tu portes le poids des matins gris et des nuits ternes, tu ploies sous ton atonie, ton apathie, ta léthargie. Tu regardes tes rêves à travers le prisme de ta pleutrerie. Redresse-toi, lève la tête, prends le vent, jette au loin ce pardessus d’amertume, poursuis tes chimères et espère, emplis l’atmosphère du bouillonnement de ton sang, la vie t’attend…

Image

Advertisements
Cet article a été publié dans Mots Z'à gogo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s