Triste anniversaire

C’était hier. Tu n’étais alors plus que l’ombre de toi-même, tu avais lâché prise, tu avais été terrassé toi que je pensais invincible. J’étais à tes côtés, engourdie par le déchirement, priant n’importe quel dieu pour que le contact de ma main sur ton corps décharné t’insuffle la vie. La vie ? Mais quelle vie ? Je l’ai maudite cette fin de vie, cette chienne de maladie qui t’a rongé les os. Chaque râle, chaque souffle rauque que je craignais, que j’espérais le dernier, m’arrachait les entrailles. Que faisais-tu là à t’éteindre douloureusement toi qui avais passé ta vie à tout réparer ? Mais pourquoi pas ton corps bon dieu ? Tu n’avais rien à faire dans cet univers, tu étais tellement résistant, solide, impatient, obstiné, têtu, parfois coléreux, tu étais tellement vivant…

C’était hier. Ton reste de vie, tu le devais à une machine, mal réglée. Quelle ironie… Je crois que ce jeune toubib, sur qui j’avais déversé ma colère lorsqu’il m’avait montré les clichés meurtriers, m’a prise en pitié quand il m’a proposé de rester à tes côtés cette nuit-là. Il savait. Il m’a parlé de son père, de cette saloperie de maladie. Il savait. Et puis tu as ouvert les yeux, tu m’as regardée, certainement sans me voir à travers les nimbes de ton sommeil artificiel, et tu as prononcé trois mots, les derniers, trois mots qui continuent à me brûler la mémoire depuis ton départ. Tu savais.

C’était hier. Depuis, le chagrin s’est estompé, pas ton souvenir. Je refoule les images de cette ultime douleur et ne conserve que les jours heureux. Demain, comme presque tous les jours, je penserai à toi qui nous as quittés hier…

photo papi à moto

Advertisements
Cet article, publié dans Mots Z'à gogo, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Triste anniversaire

  1. JacquelineMAIAUX dit :

    Je m’associe à ton souvenir, j’ai vécu cette douleur, plus fulgurante, très violente parce qu’inexpliquée, pour moi pas de deuil possible parce que pas de réponse à ce départ précipité et puis la suite horrible qui a suivi suite toujours et toujours présente éprouvante à l’extrême…. je t’embrasse Sandrine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s