Comme un avion sans elle

J’ai voulu la retenir mais elle m’a dit « il est trop tard, je pars ». Alors pour arracher un dernier morceau au temps, je l’ai accompagnée vers ma fin programmée. Au bas de cet escalier, pendant que de mes yeux ruisselait un adieu, dans les siens brillait déjà un ailleurs prometteur. Et puis elle s’est éloignée, sans se retourner, j’aurais pourtant tellement aimé… Je suis resté longtemps prostré dans cet aéroport, avec ma mort pour seule compagne. Le cœur collé à la vitre, j’ai fixé le tarmac à m’en brûler l’âme pour graver sur le macadam sa réminiscence. Quand elle a embarqué, je suis devenu comme un avion sans elle, les ailes brisées, sourd aux courants de vie, fissuré du fuselage à l’empennage, la dérive à l’ouest. Quand elle s’est envolée, moi, comme un avion sans elle, je me suis crashé…

un avion sans elle

Publicités
Cet article, publié dans Mots Z'à gogo, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Comme un avion sans elle

  1. JacquelineMAIAUX dit :

    Toujours aussi beau Sandrine, à quand un beau livre tendre et doux, bisous

    • Quand j’en serai capable Jacqueline… quand j’aurai suffisamment de matière… Merci pour ton assiduité, merci pour tes lectures, merci pour tes petits mots qui me touchent toujours autant. Je te fais des gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s