Rien qu’un gris dans la nuit

Mes yeux sont douloureux d’avoir trop rêvé
Épuisés d’être restés si longtemps fermés
Cédant au chant des sirènes je les ai ouverts
Mais mes bras tendus n’ont rencontré que la poussière
Lucide après avoir été aveuglée par les chimères
Je suis déstabilisée par la perte de mes repères
Autour de moi rien d’autre qu’un épais et cotonneux brouillard gris
Je suis ensevelie sous une chape d’oubli
La fourbe réalité n’a pas tenu ses promesses
Implacablement elle anéantit les pions de son cortège de détresse
Pauvre crédule destituée de mes illusions
Je regrette amèrement ce retour à la raison
Car je suis de nouveau parée de mon costume de solitude
Inexorablement je sens me ronger la décrépitude
Mes yeux sont douloureux de trop pleurer
Je ne veux plus voir ni rêver
Je veux juste oublier

gris

Publicités
Cet article, publié dans Mots Z'à gogo, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Rien qu’un gris dans la nuit

  1. un fan dit :

    Il y a des jours on l’on se retrouve à travers tes textes toujours écrits d’une belle plume, continue ainsi même si tu veux t’essayer à d’autres arts…

    • Je pourrais aussi écrire des textes sur les chiens peu gâtés par la nature, sur les personnes bien ennuyées par les accidents de la route, sur les coiffures surprenantes… Il y a tellement de sujets qui nous parlent… de ceux qui forgent une amitié indéfectible 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s