Trompeuses apparences

– Regardez ! Mais regardez, la fourbe va encore passer à l’action ! On lui donnerait le bon Dieu sans confession, alors qu’en fait, Madame Lapie est une voleuse !

– Une voleuse, fourbe de surcroit ? Comment pouvez-vous proférer une telle calomnie ? J’enrage de tant d’ignominie ! Êtes-vous aveugle à ce point que vous ne puissiez voir toute la beauté du monde irradier de cette personne ? Elle concentre en elle tout ce que l’humanité a de meilleur. Madame Lapie n’est pas une voleuse : Madame Lapie est une échangeuse. Allons jeune-homme, ravalez cette expression faciale qui oscille entre la consternation et la lubricité ; eu égard à son grand âge, je ne préjugerais pas de certaines de ses inclinations ! J’ai dit échangeuse, pas échangiste sapajou ! De chaque cabas entrouvert, c’est un petit morceau d’autrui qu’elle extirpe et emporte avec elle, mais en échange, elle glisse un trésor pour combler le vide. Êtes-vous réellement crétin ou est-ce seulement une feinte ? Je ne parle pas d’un lingot d’or, je parle de sa plus grande richesse à elle. Toutes les personnes allégées se trouvent alors en possession d’un de ses précieux petits bouts de papier… Non triple buse, pas de ces papiers futiles de la Banque de France ! Sur ses petits bouts de papier à elle, elle verse goutte à goutte toutes les perles de son cœur qui, au contact de la matière, deviennent des mots, des mots précieux, des mots cadeaux, des mots bonheur, tous ces mots qui germent et se nourrissent de son âme. Imaginez la joie de cet allégé lorsqu’il s’apercevra qu’en échange d’un poireau ou d’une petite pièce, il sera l’heureux détenteur d’un « Sourire » ou « Plaisir » ou encore, Graal suprême, d’un
« Amour »… Et puis, avec tendresse et précaution, elle emportera chez elle le morceau d’autrui, en souvenir de cette tranche de vie qu’ils ont partagée. Cette collection disparate, c’est son autre richesse, celle qui la protège des affres de la solitude, celle qui fait entrer la chaleur humaine dans son modeste logis et réchauffe son cœur de naufragée de la vie. C’est le but qu’elle a donné à son existence pour ne pas sombrer. Où allez-vous ainsi avec votre sac grand ouvert et les yeux remplis de larmes ? Croiser le chemin de Madame
Lapie ? Ainsi donc mon ami, vous voilà vous aussi imprégné par la magie de l’honnête dame…

Photo : Alain Dutour

Photo : Alain DUTOUR

 

Texte d’après une photo et une ide originale d’Alain Dutour, que je remercie encore de m’avoir proposé d’utiliser ses photos pour mes textes. Vous pourrez découvrir son univers sur son profil Facebook (https://www.facebook.com/alain.dutour?fref=ts).

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Mots Z'à gogo, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s