Larmes de sang en Guinée

Face contre terre il a les yeux dans la poussière
De son corps grêle s’échappent les derniers lambeaux de son souffle éphémère
Autour de lui des cris du bruit des présences menaçantes
Une panique oppressante
La peur ne connait pas la pitié
Une clameur s’élève de la foule hostile
Il faut se débarrasser de ce corps qui les met en péril
Avant que le poison ne se distille
Nul ne voit en lui un enfant apeuré
Il est juste celui par qui la maladie va se propager
Sa propre mère ne l’avait-elle pas déjà contaminé
Les moyens manquent pour le soigner
Il faut l’éloigner et l’éliminer
Dans ce pays marqué par les guerres
Dans cette ville drapée de misère
La richesse et l’abondance de l’Afrique ne sont pas destinées aux pauvres hères

Demain l’enfant viendra gonfler les statistiques des victimes d’Ebola
Sa courte existence s’évaporera dans les brumes de l’anonymat
Personne ne s’en souviendra ni le pleurera
La vie d’un enfant d’ici vaudrait-elle davantage que celle d’un enfant de là-bas
Les yeux dans la poussière il appelait sans doute sa mère
Mais il est parti dans une solitude lapidaire
Son sang empoisonné répandu autour de lui souillait la terre
Dans les nimbes du feu qui le dévorait
Il a certainement imaginé la tendresse d’une main qui le caressait
La douceur rassurante d’un giron qui l’enserrait
Il a assurément entendu les chants apaisants de sa mère
Qui est revenue l’emporter vers de plus douces chimères
Terre d’Afrique tu recèles des trésors de magnificence
Et pourtant tes enfants crèvent dans les pires souffrances
Dans l’indifférence
Indécence

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai choisi pour mon texte une photo de carte-postale parce que j’estimais indécent d’utiliser une image de souffrance à des fins d’illustration. Pour un texte qui, au fond, ne sert à rien. En Guinée, la réalité est toute autre. Pourquoi ces hommes, ces femmes et ces enfants cumulent-ils la folie meurtrière de leurs congénères et l’hécatombe provoquée par ce virus ? Pourquoi tant d’injustice sur Terre ?

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Mots Z'à gogo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s